Les Mollusques

Avec près de 700 espèces répertoriées à ce jour et un taux d’endémisme atteignant 43 %, la France possède une malacofaune particulièrement riche et diversifiée. Dépourvus de squelette interne, les mollusques continentaux se divisent en deux classes à la morphologie et aux mœurs bien distinctes : les bivalves ou « moules d’eau douce », tous aquatiques et peu mobiles, et les gastéropodes, vaste groupe comportant aussi bien des espèces dulçaquicoles que terrestres.

À l’image des arthropodes, la grande diversité des mollusques leur permet d’occuper un nombre important de niches écologiques, pour peu que celles-ci conservent un degré d’humidité suffisant. La plupart possèdent un test leur permettant d’éviter la dessiccation pendant les périodes sèches ; d’autres, comme les limaces, assurent leur régulation hygrothermique par leur comportement et peuvent se révéler très véloces (toute proportion gardée). Tous participent au bon fonctionnement des écosystèmes terrestres et aquatiques, en nourrissant par exemple de nombreux prédateurs, en filtrant les eaux courantes et stagnantes ou encore en participant au recyclage de la matière organique.

Lire la suite

On estime à environ 200 le nombre de mollusques présents dans le Centre-Val de Loire (180 connus). Ce chiffre évolue régulièrement à la faveur du changement climatique, qui pousse des espèces méditerranéo-atlantiques vers le nord-est, comme Cochlicella barbara ou C. acuta. Plus localement, des introductions accidentelles d’espèces invasives menace l’équilibre des cortèges autochtones (Sinanodonta woodiana dans le Canal d’Orléans). Parallèlement, les différentes pressions anthropiques et l’artificialisation des milieux provoquent le déclin des taxons les plus exigeants (Physa fontinalis, Acicula fusca, Bithynia leachi, Unio crassus, etc.).

Malgré leur omniprésence dans tous les milieux, les mollusques demeurent des animaux vulnérables, menacés par la pollution (traitements chimiques, eutrophisation) et la dégradation de leurs habitats (drainage, recalibrage des cours d’eau, comblement de mares, etc.). Ils constituent donc d’excellents bioindicateurs de la qualité des habitats, en particulier des milieux humides et aquatiques. L’enjeu des inventaires malacologiques régionaux apparaît donc important, tant en termes de connaissance naturaliste locale que de conservation des espèces patrimoniales, pour lesquelles la France et la région ont une responsabilité majeure à l’échelle européenne.

Depuis un certain nombre d’années, l’association CERCOPE mène des inventaires malacologiques afin de mieux cerner la répartition et l’évolution des différents cortèges de mollusques de la région. Entre 2018 et 2020, nos prospections ont ainsi ciblé l’ensemble des communes du Cher, département dans lequel aucun inventaire d’envergure n’avait auparavant été entrepris. 137 espèces ont ainsi pu être contactées dans ce département, certaines présentant une forte patrimonialité, aussi bien en milieu aquatique qu’en contexte calcicole xérothermique.

Si la recherche et l’identification de certaines espèces peut être aisée (Grande loche, etc.), l’inventaire sur le terrain de la majorité d’entre elles reste relativement chronophage et parfois complexe (quelques groupes d’espèces restent particulièrement compliqués à identifier), notamment en raison de leur petite taille. Du matériel spécifique est souvent utile ou bien même nécessaire (notamment loupe binoculaires et tamis). Les connaissances et les outils d’aide à l’identification commencent à se développer. En dehors des espèces les plus communes (Escargot de Bourgogne, Petit gris…) n’hésitez pas à recueillir des coquilles vides et à nous les transmettre en indiquant le lieu précis, le type d’habitat et la date de récolte.

Liste des espèces de Mollusques connus en région Centre-Val de Loire et statut des espèces

bibliographie succinte

  • BRAULT J.-P., GERVAIS M. & BOULLAND C., 2004. – Les mollusques du Loir-et-Cher : contribution à une meilleure connaissance des mollusques de la région Centre. Sologne Nature Environnement. 209 p.
  • DOHOGNE R. & THOMAS A., 2014. – Identification des limaces de la région Centre. Document Indre Nature. 8 p.
  • GARGOMINY O. & RIPKEN T.E.J., 2011. - Une collection de référence pour la malacofaune terrestre de France. Malaco, Hors Série n°1 : 1-108.
  • GARGOMINY O., NEUBERT E. 2011. – Identifier les Clausilies de France. Malaco, Hors Série n°1 : 109-122.
  • GERMAIN L., 1930 / 1931. - Faune de France 21 / 22. Mollusques terrestres et fluviatiles.  Lechevallier, Paris. 477 p. / 897 p.
  • GERVAIS M. 2020. - Clé d'identification des limaces du Loir-et-Cher. 4 p. [en ligne sur Obs'41]
  • HAUSSER J., 2005. - Fauna Helvetica 10, Mollusca identification. Centre suisse de cartographie de la faune / Schweizerisches Entomologische Gesellschaft, Neuchâtel. 191 p.
  • KERNEY M.P. & CAMERON R.A.D. (adaptation française A. Bertrand), 1999. – Guide des escargots et des limaces d’Europe. Les guides du naturaliste. Delachaux et Nieslé, Paris. 370 p.
  • POKRYSZKO, B. M., 1990. – The Vertiginidae of Poland (Gastropoda : Pulmonata : Pupilloidea). A systematic monograph. Annales Zoologici, 43 (8) : 133-257.
  • PRIÉ V., 2017. – Naïades et autres bivalves d’eau douce de France. Biotope Éditions , Mèze / Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, collection Inventaires et biodiversité. 336 p.
  • THOMAS A., 2006. – Clé d’identification des Naïades du bassin de Loire. Symbioses, n.s., 16 : 1-17.
  • VRIGNAUD (S.), 2004. – Clé de détermination des Naïades d’Auvergne. Margaritifera, Bull. de liaison de l’Atlas des mollusques de l’Allier, n°4. 6 p.
Anodonta cygnea © JLP
Sinanodonta woodiana © MC
Radix auricularia © JLP
Aplexa hypnorum © SD
Physa frontinalis © SD
Chondrula tridens © SD
Granopupa granum © SD
Omphiscola glabra (fourreau Trichoptère) © SD
Phenacolimax major © SD
Limax cinereoniger © SD
Tandonia rustica © SD
Arion rufus © SD